La théorie des trois cerveaux, aussi appelée le “cerveau triunique” suppose l’apparition de trois cerveaux qui se sont manifestés en même temps que les ères principales de l’évolution de l’espèce humaine. La théorie des trois cerveaux doit son introduction a Paul D. Mc Lean.  Cette théorie propose des pistes pour comprendre certains comportements.

 

Quelques notions de base :

Notre cerveaux est divisé en plusieurs territoires, et 3 de ces territoires rentrent en jeu dans la question de l’anxiété :

Reptilien (physique): c’est notre cerveau archaïque, mature dès la naissance, il gère les réflexes de survie, en gros, il est là pour dire : c’est dangereux et déclenche le signal d’anxiété.

    • contrôle la respiration
    • mouvement de corps
    • instinct de survie
  • Combat, fuite ou sidération

  Limbique: siège de nos expériences et de nos émotions, la partie limbique stock tous nos apprentissages, tous nos ressentis.

  • l’émotion
  • tisser des liens
  • faire partie d’une tribu
  • prendre soin de sa progéniture

 Préfrontal (néocortex): siège de l’analyse et de la réflexion, ici, rien n’est stocké mais toutes les informations nouvelles ou complexes y passent car ce territoire a la capacité de réfléchir et d’analyser extrêmement rapidement.

  • l’intellect
  • la logique
  • le rationnel
  • concept- abstrait
  • planification

À titre d’exemple, on peut établir la communication entre le cerveau limbique, source des émotions, et le néocortex, berceau de l’intelligence émotionnelle. La communication va alors uniquement dans un sens dans la mesure où le cerveau limbique envoie des informations liées à des émotions au néocortex préfrontal. Celui-ci engagera un processus d’analyse afin d’évaluer la réaction adaptée et réfléchie à ces informations. Cependant, en cas de trop vives émotions, ce lien unilatéral sera momentanément rompu par le cerveau limbique. Le processus de réflexion ne sera pas engagé et les capacités cognitives seront mises à l’écart. À ce niveau, les informations seront interprétées comme des dangers. En réponse cette situation de danger détectée le cerveau primitif, rapide, réagira de façon instinctive et commandera des comportements comme la fuite la défense ou la sidération. Ce processus se constate lorsque nous subissons de fortes émotions comme l’anxiété, l’amour ou encore la tristesse.

Afin d’équilibrer le rapport de réponse du cerveau limbique et du néocortex, un certain temps d’entraînement sera alors demandé. Il faut du temps pour augmenter la rapidité de réaction du troisième cerveau afin que celui-ci puisse prendre le dessus sur le second. Il est malgré tout possible de confier la maîtrise de nos émotions, mais aussi de l’ensemble de notre organisme et de notre corps à ce cerveau préfrontal. C’est le cas des personnes qui atteignent des degrés élevés de méditation.

Une difficulté de cohabitation entre les trois cerveaux

Paul D Mc Lean, qui a mis en avant cette théorie, a évoqué les difficultés de cohabitation de ces trois cerveaux chez une seule personne. Cette difficulté de cohabitation s’explique par la contradiction entre les réactions de ces trois types, le reptilien cherchant avant tout à se défendre à travers des réactions impulsives alors que le limbique exprimera des comportements visant à favoriser une cohésion sociale uniforme à travers les émotions qui en sont liées. Quant au néocortex, il essaiera avant tout de mettre en avant les décisions réfléchies et logiques.

Pour les enfants (et les grands enfants) :

 

Dans « Cahier Vittoz spécial Gestion des émotions » , Suzanne Archawski et Margot Dugenet l’explique aux enfants : 

Le cerveau Cobra (cerveau reptilien) est le cerveau le plus ancien. Il est « instinctif » et cherche absolument à survivre. Il attaque, s’enfuit ou immobilise le corps.

Le cerveau Panda (cerveau limbique) est le cerveau où naissent les émotions. C’est aussi là que sont stockés les souvenirs associés aux émotions.

Le cerveau « Super-Héros »(cerveau néo-cortex) est la tour de contrôle. Il analyse, il réfléchit, permet de comprendre ce que ressentent les autres, crée, juge,…

Ainsi, lorsqu’une émotion débute, le Cobra et la Panda sont tout-de-suite actifs, ce qui peut déclencher des comportements automatiques et incontrôlables.

En marquant une pause, en apprenant à verbaliser ce que nous ressentons,… le Super-Héros évite les réactions irraisonnées. C’est lui qui régule les autres parties du cerveau.

Exemple : un chien aboie. Je ressens de la peur face au danger alors je fuis tellement vite que je tombe. Ce sont le Cobra et le Panda qui ont dicté ces comportements instinctifs.

Si je marque une pause, je ressens ma peur en conscience, je respire profondément pour me calmer et je choisis de regarder le chien. Je me rends compte qu’il est derrière une clôture et que je suis donc en sécurité.

Le « cahier Vittoz » propose différentes situations pour entraîner les enfants à identifier la partie du cerveau concerné. C’est une démarche qui développe l’intelligence émotionnelle et accélère la maturation du néo-cortex.

En effet, ce néo-cortex n’est pas encore opérationnel chez les enfants. Il commence à opérer vers 6 ans (l’âge de raison). Sa maturation se termine à 24 ans !

error: Content is protected !!