On rejoint le large panel des états de consciences modifiés. Aldous Huxley dans son célèbre livre “les portes de la perceptions” utilise une métaphore qui me plait beaucoup : il compare le cerveau à un récepteur. Ce dernier, en fonctionnement normal est réglé à recevoir un certain type d’information. La modification du récepteur lors d’une modification de la conscience, élargi le champ de perception et ainsi rend possible la communication avec d’autres réalités. Certain parlent de voyage dans l’inconscient collectif. Ce qui est sur, c’est que c’est tangible et peuplé d’esprits en tous genres.

Les voyages sont ressentis différemment selon les personnes, certaines sont plus visuelles, d’autres ressentent etc. La perception se développe avec l’expérience.

Tambour, imagination et intention

En premier lieu, il faut définir l’intention du voyage chamanique. Il lui donne un sens et une structure. L’intention peut être une destination, une question, un soin à effectuer…

Le voyage commence au son du tambour. Il faut alors se servir de notre imagination pour se rendre dans un lieu familier et le visualiser. Ce lieu servira de porte d’accès aux monde d’en haut ou d’en bas. Pour accéder au monde d’en haut, il faut visualiser un lieu ou l’on peut monter et vice versa pour le monde d’en bas.

L’imagination sert de porte d’accès à ses mondes. Une fois l’entrée du monde atteinte, le voyage peut commencer!

Cartographie chamanique

Monde d’en haut

 C’est le lieu de résidence de nos esprits gardiens, des anges, des saints. Les esprits rencontrés sont bienveillants, compassionnels et agiront en notre faveur. Dans le monde d’en haut, les espaces sont ouverts, immenses voir infinis. Les couleurs sont vivent, lumineuses voir scintillantes. C’est un peu l’équivalent du paradis judéo-chrétien. 

Monde d’en bas

 La géographie des lieux ressemble à notre monde du milieu : des paysages naturel et Terriens. Ils sont peuples d’animaux planétaires, de légendes ou mythologiques. C’est le lieu de résidence de nos animaux de pouvoir. Le monde d’en bas n’est absolument pas associé à quelque chose de mauvais ou diabolique. Les esprits y sont bienveillant et compassionnels.

Monde du milieu

 Il est le reflet du monde dans lequel nous vivons dans la réalité ordinaire.  Il est peuplé des esprits de la nature, des ancêtres, des esprits non humains tel que fées et gnomes ou encore d’âmes décédées qui se sont perdues. Contrairement aux esprits d’en haut ou d’en bas, les esprits du milieu ne possèdent pas cette bienveillance intrinsèque mais revendiquent leurs propres intérêts. Tout comme les gens ou évènements du monde du milieu de la réalité ordinaire, les esprits du milieu peuvent potentiellement provoquer confusion, perturbation ou destruction, parfois par simple ignorance.

Travailler dans le monde du milieu demande une bonne expérience, un fort pouvoir, une bonne collaboration avec ses esprits gardiens et un sens de l’éthique! C’est le monde de la sorcellerie, trop souvent présent dans les cultures indigènes.

C’est également le monde dans lequel le chamane effectue le travail de psychopompe : l’art d’aider les âmes décédées à franchir le cap.

Les esprits alliés

L’animal de pouvoir (masculin et féminin) : un esprit gardien

 La connexion entre les humains et le monde animal est fondamentale dans le chamanisme. Pour accomplir sa tache, le chamane dépend d’un pouvoir spécifique individuel qui lui est habituellement délivré par ses esprits gardiens et alliés. Ses derniers se présentent généralement sous une forme animal. Ils peuvent voyager dans les différents mondes, guidant, protégeant et renseignant le chamane. Tout comme avec l’enseignant du monde d’en haut, ils peuvent tester le chamane pour déterminer la sincérité des liens les rattachant ainsi que la pureté de leur intentions. Ils peuvent être plusieurs et peuvent changer au cours d’une vie.

Toute personne dispose d’un esprit gardien qui l’accompagne. La différence réside dans le faite que le chamane en est conscient et s’en sert activement dans les états modifiés de conscience.

Note: quand une personne rencontre pour la première fois son animal de pouvoir, elle réalise fréquemment que les liens les unissants ne sont pas nouveaux. Une affinitée est souvent présente.

Source : http://metslesvoiles.org/

Catégories : chamanisme

error: Content is protected !!